Loading...
Un programme unique pour prévenir et traiter les psychoses (PEPP-Montréal)2018-11-22T13:51:10+00:00

Un programme unique pour prévenir et traiter les psychoses (PEPP-Montréal)

Premier épisode psychotique non traité

Le Programme d’évaluation, d’intervention et de prévention des psychoses de Montréal (PEPP-Montréal) est destiné aux jeunes confrontés à un premier épisode psychotique non traité. Son objectif est d’apporter l’espoir d’un rétablissement complet aux personnes intégrées dans le programme.

Le concept d’«intervention précoce» en matière de psychose est récent. Il vise à améliorer les résultats de traitement de la schizophrénie et des autres psychoses par des traitements efficaces adaptés aux différentes phases du trouble.

Le PEPP-Montréal s’adresse à toute personne qui :

  • Est âgée entre 14 et 35 ans
  • Souffre d’un trouble psychotique affectif ou non affectif
  • N’a jamais été traitée pour une psychose ou n’a pas pris de médicaments antipsychotiques pendant plus de 30 jours
  • Ne souffre pas de problèmes organiques au cerveau, de troubles envahissants du développement, de retard mental ou d’épilepsie
  • Ne relève pas de la pathologie judiciaire
  • Vit dans les zones géographiques suivantes : LaSalle, Verdun, Saint-Henri, Pointe Saint-Charles, Côte-des-Neiges, Lachine, NDG / Montréal-Ouest, Ville Émard / Côte Saint-Paul, Westmount

Une évaluation rapide et un traitement médical et psychosocial complet

Il peut être difficile pour des jeunes et leur famille de détecter les premières phases de la psychose. Pourtant, il est impératif que le diagnostic et le traitement se fassent rapidement pour améliorer les chances de rétablissement et éviter tout retard en matière de traitement.

C’est la raison pour laquelle le PEPP-Montréal offre un service d’évaluation approfondie des symptômes psychotiques par une équipe de professionnels. Les familles sont invitées à prendre part à ce processus.

Si l’on considère qu’il est envisageable qu’une personne souffre d’un trouble psychotique, on lui fixe une entrevue d’évaluation  avec un psychiatre. Si le diagnostic de trouble psychotique est confirmé, on lui assigne un gestionnaire de cas qui sera sa principale personne-ressource et assumera, en collaboration avec un psychiatre, la responsabilité des soins lors du traitement.

L’équipe du PEPP-Montréal évalue périodiquement l’efficacité des traitements, en plus de contrôler la gravité des symptômes, les objectifs personnels et familiaux et le niveau de satisfaction à l’égard des services par le biais d’entrevues et de questionnaires d’auto-évaluation.

Pour en savoir plus au sujet des traitements.

Intégration de la recherche aux soins

La recherche est une partie importante et intégrante du PEPP-Montréal. Les activités de recherche du programme permettent aux patients et à leurs familles de profiter de nouvelles connaissances. Ces connaissances peuvent mener à un diagnostic et  à des méthodes de traitement novatrices pour les premières phases de la psychose. L’équipe du PEPP travaillent sur plus d’une douzaine de projets de recherche.

Les chercheurs du PEPP-Montréal ont des compétences variées. Ils collaborent avec des experts de différentes disciplines de l’Institut Douglas, du Canada et d’ailleurs dans le monde. Certains chercheurs s’attardent à comprendre comment les facteurs biologiques et environnementaux influencent le risque de souffrir d’un trouble psychotique.

Pour en savoir plus sur les projets de recherche du PEPP.

Projet d’habitation PEPP

Démarré en 2014, le projet d’habitation s’adresse aux adultes du programme PEPP qui vivent de l’instabilité résidentielle, qui ont peu d’expérience en appartement et qui souhaite développer les autonomie.

Les participants recrutés choisissent leur propre appartement, généralement meublé. Ils contribuent graduellement au frais de loyer en payant entre 25 % et 80 %, le reste étant subventionné. Une fois aménagés, les jeunes reçoivent la visite régulière du personnel clinique à leur domicile (en plus du suivi en clinique externe), ainsi que l’aide d’un conseiller pour faciliter leur retour au travail ou aux études.

Résultats

Depuis janvier 2014; 36 participants ont intégré le projet. Treize d’entre eux ont terminé leur parcours; sept des jeunes habitent toujours le même loyer, alors que douze jeunes sont en logement PEEP. (octobre 2018)

  • 78 % des jeunes du projet ont pu étudier ou travailler lors de leur participation.
  • 50% des jeunes ont rencontré un professionnel pour les aider à retourner aux études ou à intégrer le marché de l’emploi.
  • Près de 40 % des jeunes ont repris leur suivi médical suite à leur acceptation au projet.