Loading...
Le seul centre de prévention de la maladie d’Alzheimer au Canada2018-08-01T15:14:15+00:00

Le seul centre de prévention de la maladie d’Alzheimer au Canada

Le plus grand groupe d’expertise au Canada

En s’attaquant à l’Alzheimer 5 ou 10 ans avant son arrivée, on pourrait repousser de 5 ans et éliminer plus de 50 % des cas à travers le monde en une génération. […] C’est une maladie du vieillissement et les gens vont simplement mourir d’autres choses.

Dr. Judes Poirier

Au Douglas, la maladie d’Alzheimer est une de nos plus grandes priorités. À notre Centre de recherche sur la prévention de la maladie d’Alzheimer, aussi connu sous le nom de Centre StoP-AD, les chercheurs développent et perfectionnent les techniques pour mesurer les changements cérébraux qui se produisent jusqu’à plus de 10 ans avant l’apparition des premiers symptômes. Grâce à des technologies de pointe, ils tentent d’identifier quels individus pourraient développer une démence due à l’Alzheimer et essaient de prévenir la maladie avant qu’il ne soit trop tard. Nous avons des raisons d’être optimiste. Si l’apparition des premiers symptômes pouvait être retardée de 5 ans, le nombre de nouveaux cas diminuerait de 50 %. Et si nous pouvions la retarder de 10 ans, ce nombre chuterait alors à plus de 75 % !

Le Douglas à l’avant-garde mondiale

Depuis plus de deux décennies, le Douglas est à l’avant-garde mondiale de la recherche sur la maladie d’Alzheimer. En 1993, le Dr. Judes Poirier et son équipe de recherche ont identifié le premier et le plus important facteur de risque génétique impliqué dans la forme commune de la maladie.

Deux ans plus tard, ils découvrent que ce même facteur (une variante anormale du gène ApoE4) a un grand impact sur la manière dont une personne va répondre au traitement. Ainsi, ils ont découvert que les personnes porteuses de la variante anormale du gène ApoE4 vont mal répondre ou même ne pas répondre du tout à la médication.

En Savoir plus

Détection précoce et découvertes prometteuses pour retarder la maladie

De nos jours encore, lorsque la maladie est diagnostiquée – le plus souvent parce qu’une personne consulte son médecin pour des pertes de mémoire – il est souvent trop tard pour remédier aux dommages qu’elle a causés au cerveau. Pour contrer cela, nous comptons sur la détection précoce qui nous permettra d’aider plus efficacement les personnes atteintes.

À cet égard, le Dr John Breitner mène la plus importante étude clinique en Amérique du Nord sur la prévention de la forme commune de la maladie d’Alzheimer. Il étudie cinq stratégies de prévention banales à première vue, mais prometteuses : les médicaments anti-inflammatoires, l’insuline inhalée, l’exercice physique, les activités cognitives et certains médicaments pour des maladies cardiaques.

Le Dr Judes Poirier et son équipe ont aussi fait une découverte de premier plan : une variante d’un gène qui régule le cholestérol peut aussi retarder, voire d’empêcher le déclenchement de la maladie d’Alzheimer. C’est une découverte d’une grande importance, car pour la première fois depuis 15 ans, nous avons un réel espoir de développer de nouvelles approches thérapeutiques liées à la forme commune de la maladie d’Alzheimer.

Pour continuer ce travail et changer des millions de vie, nous avons besoin d’un élément essentiel, sans lequel tout ceci serait difficile à réaliser, voir impossible. Cet élément, c’est votre grande générosité. Faites un don maintenant.

    Quelques chiffres

  • On estime qu’1 baby-boomer sur 5 souffrira de la maladie d’Alzheimer
  • Aujourd’hui, 36 millions de personnes dans le monde vivent avec cette maladie
  • Au Québec, plus de 100 000 personnes en sont atteintes
  • Présentement 25 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année au Québec, et ce chiffre devrait doubler en 2050
  • Les coûts reliés à la maladie s’élevaient à 5,5 milliards de dollars en 2000.